Grand site de Navacelles

Niché au cœur des gorges de la Vis, véritable canyon qui entaille les Causses du Larzac au Sud de Blandas et de Campestre au Nord, le Cirque de Navacelles constitue une curiosité géologique grandiose.

D’une profondeur de 300 mètres, il s’agit plus spécifiquement d’un méandre abandonné par la Vis, qui s’est ouvert un nouveau cours plus direct, en créant une cascade de plus de 8 mètres de haut.

Au centre du cirque, le Rocher de la Vierge, ou plus familièrement « l’huître », est entouré d’une bande de terre très fertile : c’est l’ancien lit de la rivière. Ses prairies verdoyantes, la cascade et la ripisylve boisée offrent un contraste saisissant avec les versants abrupts, arides et caillouteux des gorges.

Cirque de Navacelles © Syndicat Mixte Grand SIte Navacelles

Les hommes se sont très tôt installés dans ce lieu propice à l’agriculture où leurs aménagements (terrasses, entretien de la prairie, champs en lanières) et les habitations regroupées en trois îlots lovés sur les bords du méandre et le long de la Vis, confèrent au site son échelle humaine.
L’émotion qu’offre la découverte de ce site est d’autant plus saisissante par son approche depuis les points de vue de Blandas et de la Baume Auriol après la traversée de vastes étendues caussenardes arides.

Ainsi le Grand Site de Navacelles ne se limite pas seulement à son cirque ; il inclut les gorges de la Vis et les causses, vastes étendues steppiques nées de l’activité agropastorale menée par l’homme.

Pour plus d’infos : lodevoisetlarzac.fr

Grand site Saint-Guilhem-le-Désert Gorges de l’Hérault

saint_guilhem_le_desertLe Grand Site de France Saint-Guilhem-le-Désert – Gorges de l’Hérault est situé dans la vallée du fleuve Hérault à environ 40 km à l’ouest de Montpellier et s’étend sur 5 communes : Aniane, Montpeyrou, Puechabon, St-Guilhem-le-Désert et St Jean-de-Fos.

Le village de St Guilhem-le-Désert est un lieu de visite incontournable pour les amateurs d’histoire de l’art, le village étant réputé pour abriter l’abbaye de Gellone, édifice du premier art roman languedocien fondé en 804. Non loin de là, le pont du Diable voit passer de nombreux pèlerins car situé sur le chemin de St Jacques de Compostelle, itinéraire également inscrit au patrimoine mondial.

Mysticisme et beauté du site sont préservés par le syndicat qui gère le Grand Site où près de 700 000 visiteurs par an se pressent. Maison du Grand site, espace d’interprétation, boutique culturelle et d’artisanat d’art sont autant de points de découverte des richesses du grand site.

Les Gorges de l’Hérault sont quant à elle prisées pour la pratique du canoë tandis que les piémonts dévoilent la culture de l’olivier et de la vigne.

Sur les plateaux les troupeaux continuent d’ouvrir les espaces naturels et d’en assurer ainsi la grande biodiversité.

Pour plus d’infos : www.saintguilhem-valleeherault.fr

Grand site des Gorges du Tarn, de la Jonte et des Causses

point-sublime-MAP-1
Souvent associées au grand canyon, les gorges du Tarn et de la Jonte offrent un défilé de 70 km de profondes gorges qui entaillent les immenses plateaux calcaires des causses Sauveterre, Méjean et Noir.

Descente de rivières, villages de caractères, flore et nombreux rapaces dont les célèbres vautours sont autant de surprises qui s’offrent aux visiteurs. Les sports de pleine nature : canoë, kayak, escalade, via ferrata, VTT, itinéraires de randonnées, points de baignades, etc … y sont forts nombreux.

Chaque rocher ou village délivre une légende ou témoigne d’un passé médiéval prospère. Encore aujourd’hui le visiteur apprécie de flâner dans des villages cossus où l’architecture minérale se marie adroitement avec la beauté des paysages calcaires.

Point sublime – MAP

Les chemins qui jadis permettaient aux populations « d’en bas » d’échanger avec les populations des plateaux qui pratiquaient l’agropastoralisme offrent des points de vues panoramiques sur des gorges majestueuses.
Sur les causses l’activité agricole est encore bien présente et l’air plus frais des hauts plateaux l’été est un prétexte pour partir à la découverte des troupeaux, des fabrications fromagères et du foisonnant « petit patrimoine » qui borde les hameaux et chemins.

Pour plus d’infos : www.gorges-tarn.com

Conservatoire Larzac Templier et Hospitalier

Découvrir les cités templières et hospitalières, c’est faire un saut dans le passé et se retrouver au cœur de cités moyenâgeuses très bien conservées, prêtes à raconter la fabuleuse épopée des chevaliers du Temple.

La restauration, la valorisation et l’animation de ces sites a pu être rendue possible grâce aux efforts du Conservatoire Larzac Templier et Hospitalier, syndicat mixte créé en 1995 par les communes abritant les cités et le département de l’Aveyron.

Voûte en berceau © EICC

La Cavalerie, La Couvertoirade, Sainte-Eulalie-de-Cernon, Le Vialas-du-Pas-de-Jaux et Saint-Jean d’Alcas offrent un patrimoine exceptionnel, la plupart des villages ayant gardé leurs fortifications et habitations traditionnelles.

Ces citadelles érigées au milieu du Larzac sont le fruit de l’organisation voulue par les chevaliers au Moyen-âge pour optimiser l’activité agropastorale dont ils tiraient leurs revenus. Leur empreinte est indélébile puisque les communes elles-mêmes gardent encore aujourd’hui comme limites celles fixées par les chevaliers !

Voûte en ogive © EICC

Chaque cité décline désormais un thème de visite et les animations et outils de découverte mis à la disposition du visiteur sont forts nombreux : publications, visites guidées ou audio-guidées, énigme à résoudre, Estivales du Larzac, etc … Les enfants ne sont pas oubliés puisque des classes médiévales sont proposées et ils peuvent même descendre en rappel les remparts de certaines cités ! Sensations fortes au programme !

Chaque village offre aussi la possibilité d’accéder à des chemins de rondes ou à des points de vues qui permettent d’admirer les vastes étendues du plateau du Larzac, territoire des chevaliers et … des brebis !

Pour en savoir plus : www.conservatoire-larzac.fr

Le Parc Naturel Régional des Grands Causses

MONTPELLIER-LE-VIEUX-©-PNRGC-1

Du plateau du Larzac au Causse Méjean, le Parc naturel régional des Grands Causses regroupe quatre causses majeurs : le Méjean, le Noir, le Larzac et le Sauveterre. Ces hauts plateaux calcaires offrent de vastes étendues entaillées par de profondes gorges aux versants escarpés et boisés.

Les forts contrastes d’altitude et d’exposition permettent le développement de plus de 2 000 espèces végétales qui font, notamment au printemps, le bonheur des botanistes.
Les nombreux rapaces tels que les vautours fauves et moines, l’aigle royal et le faucon pèlerin sont facilement observables toute l’année, les causses et gorges sont leur royaume !
La pierre calcaire est le dénominateur de tous ces milieux et l’architecture minérale la magnifie, que ce soit dans les petites constructions nécessaires à l’agropastoralisme de jadis (cazelle, jasse), dans les imposantes cités templières et hospitalières au nombre de cinq sur le territoire du parc (La Couvertoirade, La Cavalerie, Sainte-Eulalie-de-Cernon, Le Viala-du-Pas-de-Jaux, St Jean d’Alcas) ou à travers des curiosités géologiques : chaos dolomitiques, gouffres et avens propices à susciter l’imagination du visiteur.

Les rougiers © PNRGC

L’agropastoralisme est présent sur ces plateaux depuis toujours et joue encore un rôle important dans l’économie pour le département de l’Aveyron. De nombreux producteurs fournissent le lait pour la fabrication du Roquefort, fromage affiné dans la célèbre grotte de Combalou à Roquefort-sur-Soulzon.

Afin de veiller à un tourisme de qualité, le parc des Grands Causses s’inscrit dans la Charte européenne du tourisme durable et délivre la marque « Valeurs du Parc naturel régional des grands causses » (marque nationale propriété du Ministère en charge de l’Environnement). Les bénéficiaires : prestataires, producteurs et artisans s’engagent ainsi à respecter les valeurs communes aux Parcs naturels régionaux de France.

Pour en savoir plus sur le parc : www.parc-grands-causses.fr

Le Parc National des Cévennes

Can-de-lHospitalet-©-EICC

Bien campé entre Massif Central et Méditerranée, le Parc national des Cévennes est une destination touristique propice à l’évasion et à la découverte d’une nature particulièrement belle et préservée.

Créé le 2 septembre 1970, le Parc national des Cévennes a pour particularité d’être habité de manière permanente dans son cœur. Sa désignation par l’Unesco en tant que Réserve de biosphère en 1985 témoigne de son souci d’allier protection de l’environnement et développement économique et social.

Le Parc national s’étend sur les départements de la Lozère, du Gard et de l’Ardèche. Son siège est à Florac en Lozère. Le cœur compte 55 communes pour une surface de 93 500 hectares.

La biodiversité de ces terres de contraste est particulièrement riche. On dénombre 2 410 espèces animales – dont 45 % des vertébrés et les deux tiers des mammifères de France – parmi lesquelles 20 espèces de chiroptères. Le territoire abrite aussi des rapaces menacés : aigle royal, circaète Jean-le-Blanc, faucon pèlerin, grand duc… Les quatre espèces de vautour, fauve, moine, percnoptère et le gypaète barbu, y vivent grâce à des réintroductions ou des retours spontanés.
La flore est très diversifiée et ravit les amateurs d’orchidées ou encore d’adonis de printemps… De nombreuses plantes remarquables et endémiques fleurissent dans les tourbières et les pelouses du mont Lozère et de l Aigoual ou sur les vastes étendues steppiques du Causse.

Adonis du Printemps © EICC

Séjourner dans le Parc national, c’est aussi faire le choix d’un tourisme de qualité, respectueux de l’environnement et des habitants. Afin de concilier accueil des visiteurs et protection de la nature et du patrimoine culturel, le Parc a signé la Charte européenne du tourisme durable dans les espaces protégé (CETD). Il est lui-même habilité à agréer les prestataires qui s’engagent dans la démarche de CETD. Il est secondé par l’association Cévennes Ecotourisme qui anime le réseau d’hébergeurs, restaurateurs, accompagnateurs de randonnées, gestionnaires de lieux de visites, engagés dans l’écotourisme. En collaboration avec le Parc, elle propose des formations sur la qualité des services, le respect de l’environnement, la connaissance du patrimoine naturel et bâti afin qu’ils puissent à leur tour mieux partager leur passion pour les Cévennes avec les visiteurs.

Pour en savoir plus sur le Parc national : www.cevennes-parcnational.fr